Play-again

Nouvelles sous ecstasy.

Dimanche 29 juillet 2018 à 22:51

Vivre dans l'instant présent. Laisser filer les souvenirs. Je ne savais plus depuis des années. J'aimer apprivoiser ma nouvelle vie. Celle que j'ai choisie. Celle que je me suis façonnée. Je l'avais rêvée. Je l'avais imaginée. Et elle m'aidait a tenir quand trop de fois, j'étais au fond du trou. Je suis reconnaissante envers moi-même d'avoir suivi ma route. J'ai envie de dire merci. Merci la vie pour cet entourage que j'aime tant et qui me soutient. Merci pour tous ces petits bonheurs qui me comblent de joie. Cette impression d'être légère, d'être perpétuellement sur ce petit nuage. Je suis chanceuse d'avoir cette petite fille merveilleuse qui parfois, me donne envie de m'arracher les cheveux mais fais de moi une personne meilleure. J'ai envie de m'améliorer chaque jour. Je commence à oser me regarder en face à nouveau, à analyser mes comportements. A accepter mes erreurs et à reconnaître mes forces. Je me ne connaissais plus. Je voyais cette parfaite inconnue passer devant son miroir et se bercer de fausses illusions. Se perdre dans une vie qui n'était pas la sienne, qui ne l'a jamais été. J'aimerais dire à ces personnes qui sont au fond du trou, il n'est jamais trop tard pour en sortir. Aimez vous assez pour faire ce que vous avez besoin de faire et ne laissez jamais personne vous faire croire que vous ne valez rien. Entourez vous des bonnes personnes, soyez vous ! Vous êtes uniques et c'est ce qui fait la beauté de ce monde. Soyons tolérants. Ne laissez pas les gens qui vont ont fait du mal transformer votre personne, mais transformez les avec votre gentillesse. La vie est courte donc rendez vous service. 

SOYEZ HEUREUX.

Vendredi 1er mars 2013 à 1:05

 http://play-again.cowblog.fr/images/tumblrlydlk2j4Se1rnjwu3o1400.jpgJ'ai ressenti ce besoin de mettre des mots sur mes sentiments. Peut être pour mieux repartir ensuite. Me vider de toutes ces choses qui m'encombrent l'esprit comme de vieux souvenirs encombrent une vie. J'avais pris un nouveau départ, et jamais, ô grand jamais je n'eu prévu de mettre une quelquonque présence masculine à l'intérieur de mes projets tout neufs. C'est comme si mon coeur me disait qu'il n'attacherai plus d'importance à qui que ce soit sans que je puisse faire changer les choses. Et puis il y'a eu toi. Toi et ton caractère que j'ai tant haï au tout début. Tu étais tellement trop sûr d'arriver à tes fins, et j'aimais ça, moi, faire languir les mecs dans ton genre. J'aimais que tu penses que je n'étais pas comme toutes ces filles bien trop faciles à avoir. Non, c'est juste que tu ne m'intéressais pas. Et puis il y'a eu cette soirée qui sont de celles que l'on improvise totalement. Ton débarquement à une heure de la nuit ou j'aurais certainement dû être dans les bras de morphée depuis bien longtemps.
Ce jeu idiot que j'avais lancé qui malgré moi nous rapprochait peu à peu. J'en apprenais sur toi et toi sur moi, et t'as eu cette façon de te comporter qui m'a attendrie. Je savais avant même que tu n'engage une conversation que tu n'serais pas une personne sur qui je pourrais me reposer, mais je savais aussi qu'il me faudrait un jour ou l'autre tomber sur plus con que moi. Les choses se sont passées, et ne comprenant pas le comment du pourquoi tes bras m'étaient devenus accueillants. Les autres n'avaient plus d'importance. J'étais bien pendant ces quelques semaines.. Cette relation que personne n'aurait jamais imaginé me comblait d'un bonheur que je ne m'étais jusque là encore pas autorisé. C'était donc ça, l'amour avec un grand A. Celui qui rend les gens complètement débiles du jour au lendemain. Et plus je t'aimais, plus je te détestais d'être un moi au masculin. Et puis toutes ces choses ont changé sans même que je m'en rende compte. Tu n'étais plus MON trésor. Tu étais redevenu le toi odieux qui m'était insupportable. Je crois que j'ai regretté de m'être faite embarquée dans cette histoire au moment même où j'y ai mis les pieds. Et j'ai pourtant sauté dedans à pieds joints. Je savais bien au fond que ça finirai comme ça. C'est ainsi. C'était une fatalité. Ne m'y attendant pas, tu ne sais pas combien j'ai fait de nuits blanches, combien de fois j'ai espéré avoir de tes nouvelles. Et puis tu es revenu, alors que j'avais enfin cessé d'espérer, pour repartir de plus belle. Et je regrette, mon amour, de m'être tant investie. Parce que dans le fond vous vous ressemblez tous. Lâches, sournois. Merci au moins de m'avoir ouvert les yeux, mille merci de t'être comporté comme un enfoiré. Grâce à toi je sais que la première impression est toujours la bonne. Et s'il te plaît,
 
ne reviens plus.. 

Lutter, encore et encore.

Vendredi 15 juin 2012 à 0:32

http://play-again.cowblog.fr/images/kayascodelario1246630406.jpg




Une petite moi, naïve. Les yeux remplis d'étoiles. Le monde m'effraie et m'emerveille un peu plus à chaque instant. J'avance, encore insouciante. Certainement trop. La vie est courte et se poser des questions est une perte de temps. On dit que ne remarque pas qu'on est en train de vivre un moment innoubliable de notre vie lorsqu'il est en train de se produire.. Cette phrase résonne dans ma tête, un peu trop réelle. Me ramenant à la réalité. Les prochains mois vont être difficiles mais qu'importe ? Tomber pour mieux se relever. Construire, détruire et recommencer à zéro. Quelle étrange machine que l'être humain.



Tu sais qu'ils se foutent de savoir si ce monde nous convient, lâche rien, on se souvient d'où l'on vient.

Vendredi 1er juin 2012 à 0:29

http://play-again.cowblog.fr/images/imagesvvcbfg.jpg

Juste paumée. J'ère sans réellement avoir de but. Vivant au jour le jour. J'sais pas quoi faire comme métier, j'ai qu'des histoires a dormir debout. Mes vacances sont foutues. Et moi j'suis là au milieu a m'inquiéter de rien..
F U C K.



Lundi 7 mai 2012 à 0:25

Je ne devrais pas m'attacher, c'est vrai. Et plus j'essaie de m'en convaincre moi-même plus j'ai l'impression de m'être laissée embarquer dans une situation merdique. La raison me pousse à tout arrêter mais je n'en ai pas vraiment envie. Parc'que je suis bien dans ses bras.. Toutes ces années qui nous séparent, tout nous oppose. Mais il est là, et il est beau dans le paysage, à mettre tous ces "mais" dans ma vie, tous ces sourires idiots. Je déteste ça. Je me fais peur parfois. Quelle idiote. http://play-again.cowblog.fr/images/tumblrlydlk2j4Se1rnjwu3o1400.jpg

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | Page suivante >>

Créer un podcast